Quand ma mère s'est cassé le pied en descendant les escaliers de sa maison qui comporte deux appartements. Je l'ai recasée d'office dans l'appartement du rez-de-chaussée, plus petit que celui où elle habitait avant mais largement suffisant. On a fait des échanges de meubles, genre descendu sa machine à laver, enlever le grand lit dans la chambre qui comportait deux lits pour pouvoir y caser son armoire et sa commode etc , et à l'occasion laisser des meubles existants dont unebanquette-lit en mousse. Auparavant, c'est moi qui habitais ce meublé quand j'allais là-bas. Je m'étais acheté cette banquette pour remplacer un lit-armoire qui datait de ma toute jeune enfance et une banquette en osier.

Ma mère a fait quelques transformations dans l'appartement qui ont mené la banquette-lit devant le convecteur sous la fenêtre. Elle l'utilisait largement puisqu'elle y passe les ¾ de son temps. Sauf que dernièrement, elle se plaignait d'avoir froid en hiver (il est vrai que l'appartement est situé au nord), et elle avait racheté un chauffage d'appoint. J'avais aussi remarqué que la banquette s'était avachie.

Cela faisait plusieurs fois que je lui disais que c'était la banquette qui gênait son chauffage et qu'un fauteuil ferait mieux l'affaire.Mais elle trouvait que c'était très bien comme ça, bien que la banquette était bien basse.

Pour Noël, j'ai donc acheté un petit fauteuil qui remplacerait cette banquette. Comme elle mettait tout un tas d'affaire sur la banquette, j'ai prévu d'installer à côté du fauteuil une petite table basse en plastique que j'avais chez moi. Ainsi le convecteur ne serait plus caché derrière la banquette et il devrait mieux chauffer l'appartement sans qu'elle ait besoin de mettre le chauffage d'appoint en plus.

J'ai profité de son absence matutinale le 24 au matin pour monter le fauteuil et le lui installer pour lui faire la surprise. Bien sûr, il fallait enlever la banquette (qui était avachie parce que cassée) et installer la petite table basse. Comme je ne savais pas combien de temps, elle serait partie, je me suis vite dépêchée et j'ai tout réinstallé comme si de rien n'était. Je n'avais pas prévu un gros ruban pour mettre autour du fauteuil, mais j'ai quand même mis un papier avec écrit Joyeux Noël dessus. De toute façon, je n'étais pas sure d'avoir le temps de faire tout comme il fallait avant qu'elle ne revienne....

Quand elle est revenue, elle ne m'a rien dit. En descendant pour sortir les chiens, je suis allée la voir pour lui dire que le père Noël était passé un peu en avance.... Sa réaction a été digne de ce que j'ai toujours connu.

« C'est honteux  ça! Et c'est une véritable pagaille ! »

Dire Merci ? Vous rigolez !

Enfin, cela ne me surprend pas … Elle m'a déjà fait le coup plusieurs fois. Entre autre, avec sa télévision, sa vieille télévision ne fonctionnait plus très bien. Je lui proposais d'aller en acheter une autre. Elle a refusé de venir avec moi pour choisir son modèle. J'y suis donc allée toute seule. Quand elle a été livrée, elle a rouspété qu'elle n'en voulait pas. Je lui ai donc payé sa télévision puisqu'elle refusait la facture. Un merci après-coup ? Vous rigolez ! Bien sûr, elle la regarde tous les soirs.

Quant au fauteuil, celui-ci ne lui plait pas ( aucun autre ne lui aurait plu rassurez-vous) et tous les soirs, elle n'a pas manqué de me rappeler qu'elle voulait son canapé (qui n'est pas à elle puisque c'est moi qui l'avais acheté pour moi.) et de me dire que la tasse que je lui ai offerte ne lui convenait pas non plus parce qu'elle était moins large qu'un bol....

Cela fait juste 35 ans que cela dure.

Et il faudrait que je sois quelqu'un d'épanoui...... poupoupidou !

Vous comprendrez qu'en étant à si mauvaise école, je ne sais pas toujours bien me comporter dans la vie et j'ai de mauvaises réactions quand on me fait un cadeau. Heureusement, je me suis rendue compte de cet affreux comportement et j'essaie de dire merci et d'être foncièrement contente de la chance que j'ai. Mais le naturel revient au galop parfois et il m'arrive encore d'être désagréable quand on me fait un cadeau , vexant ainsi les gens qui pensaient me faire plaisir. S'ils lisent ces lignes, ils comprendront peut-être mes erreurs et ils me pardonneront peut-être.